31/05-2021 - Mélanie Morin-Brureau : Remodelage vasculaire et neuroinflammation dans l’épilepsie

28 - Mai - 2021

LES LUNDIS DE SAINT-ANTOINE

Bâtiment Kourilsky - 13h–14h

Salle des Conférences (Rez de Chaussée),

184 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris

***

LUNDI 31 MAI 2021

Remodelage vasculaire et neuroinflammation dans l’épilepsie

Mélanie Morin-Brureau

MCU (Equipe Dorothée) (guillaume.dorothee@inserm.fr)

***

L'épilepsie est une neuropathologie touchant 1% de la population. D’étiologies diverses, il n’existe pas une mais des épilepsies. L’épilepsie du lobe temporal (ELT) est une épilepsie partielle fréquente et très souvent pharmaco résistante dont le seul traitement devient la chirurgie. La mort neuronale, ainsi qu’un déséquilibre des neurotransmetteurs, ont longtemps été considéré comme les causes de l’épilepsie. Cependant, de nombreuses étiologies d’épilepsie sont indépendante de ses raisons. De façon intéressante, on retrouve dans toutes les ELT, quel que soit leur étiologies un défaut de perfusion dans la zone épileptique. Nous avons décrit la présence d’une angiogénèse associée à une perméabilité de la barrière hémato-encéphalique (BHE) dans les foyers épileptiques humains et dans les modèles animaux d’épilepsie. Nous avons montré que le facteur VEGF (« Vascular endothelial growth factor ») est secrété suite à une crise d’épilepsie et est responsable de ces remodelages vasculaires. En parallèle, une activation des microglies, une sécrétion de cytokines et une extravasation de leucocytes sont retrouvées dans les foyers épileptiques. Il est maintenant admis que la perturbation de la BHE ainsi que la neuro-inflammation chronique contribuent à l'hyperexcitabilité neuronale. Cette neuro-inflammation dans l'épilepsie pourrait être la conséquence d’une inflammation périphérique pouvant entrainer la migration de leucocytes périphériques, hautement activés dans le sang des patients, à travers les perturbations de la BHE. Les neutrophiles (PMN), cellules clés du système immunitaire inné, agissent comme une première ligne de défense de l'hôte et sont également d'importants médiateurs des lésions vasculaires et tissulaires induites par l'inflammation. Malgré leur rôle critique dans le système immunitaire inné et certaines preuves de leur impact possible sur la neuropathologie, peu d'attention s'est portée sur le rôle des PMN dans l'épilepsie et plus particulièrement sur leur impact dans la rupture de la BHE suite aux crises. Nous avons observé une infiltration de PMNs chez les patients épileptiques associée à une perte de l’expression des protéines des jonctions serrées à la membrane des cellules endothéliales. Dans le sang des patients épileptiques, une activation des neutrophiles est observée suite à une crise d’épilepsie. Ce projet permettra d'acquérir des connaissances sur l'activation, les sous-populations et les fonctions des PMN périphériques et constituera également une étude pivot sur la contribution des PMN sur la rupture de la BHE améliorant la compréhension de l'épileptogenèse.

Hôpital St-Antoine

Bâtiment Kourilsky
34 rue Crozatier
75012 PARIS

Sorbonne Université
27 rue Chaligny
75012 PARIS

Ce site utilise des cookies et vous donne le contrôle sur ce que vous souhaitez activer Tout accepter Personnaliser